Sylvain Proulx

Pour cette publication, le comité culturel a le bonheur Sylvain Proulx, concierge à l'école primaire Virginie-Roy.

S Proulx_4Sylvain Proulx, mon collègue est concierge à l'école primaire Virginie-Roy depuis 20 ans, il est un artiste hors de ses heures de travail.

Déjà, étudiant du cégep de Limoilou, à Québec, il suivait des cours de céramique et d'émail sur cuivre. Passionné, Sylvain passait de nombreuses heures à l'atelier, même qu'on lui a offert la responsabilité de la cuisson des œuvres des participants, une tâche qui demande de la précision dans la manipulation des créations des artistes, il ne faut surtout pas que les poudres d'émail coulent! C'est Sylvain qui sera aussi responsable des fours pendant les fins de semaine.

 

Quiconque fréquente Sylvain peut voir ici la perfection, le sens minutieux et la fierté de son travail.

S Proulx_1Un jour, un collègue de Sylvain, Robert Marcil, spécialiste en éducation physique de Virginie-Roy lui parle de son passe-temps : la sculpture sur bois. Sylvain, curieux, se rend avec Robert à son cours de sculpture. Il s'avère que le professeur est un autre spécialiste en éducation physique, c'est Normand Picotin de l'école St-Jean-Baptiste qui donne le cours de sculpture. Normand donne les cours de sculpture depuis une vingtaine d'années à Vaudreuil-Dorion, et Sylvain fait partie de son groupe d'élèves depuis 4 ans maintenant.

Ses premières œuvres sont sculptées dans du tilleul, un bois de dureté moyenne, plus dur que le pin, mais plus mou que l'érable, un bois qui n'éclate pas, un bois qui n'a pas beaucoup de nœuds, bref, un bois qui se travaille bien et qui ne se fend pas en vieillissant. Les nouveaux élèves doivent sculpter un chardonneret dans leur bloc de bois. Normand les aide à trouver le centre du bloc, à tracer la place de la tête, du corps et de la queue, puis c'est au tour des apprenants de puiser dans leurs outils : gouges de toutes grosseurs pour tailler le bois et donner une forme à leur oiseau. Des photos grandeur nature servent de modèle. Une fois l'oiseau taillé, il reste à modeler les plumes à l'aide d'un pyrograveur. Chaque plume et ses rainures sont brûlées dans le bois pour leur donner le relief qui rend l'allure réelle à l'oiseau. Une fois ce travail terminé, Sylvain doit y mettre de la peinture, celle-ci est à l'eau et doit être très claire pour ne pas boucher et cacher le travail de pyrogravure. Les couches de peinture doivent être minces et on pourra en remettre d'autres couches en cas de besoin. Chacun de ces oiseaux requiert une quarantaine d'heures de travail.

S Proulx_2Sylvain a sculpté un chardonneret jaune, un geai bleu, un cardinal rouge mâle et sa femelle. Aujourd'hui, Sylvain travaille la création d'un aigle d'Amérique, cet oiseau sera de grande envergure et sera modelé en plein vol, ayant dans ses pattes un saumon. Cette pièce devra être montée en 4 morceaux : les deux ailes, le corps et le saumon. Une fois chaque pièce terminée, il faudra coller les ailes sur le corps et placer le saumon dans les griffes de l'aigle. Si l'on a parlé de quarante heures de travail pour sculpter les oiseaux, celui-ci prendra 40 heures seulement pour finir les ailes. Cet aigle sera suspendu dans son magnifique chalet qu'il a d'ailleurs construit lui-même à Rimouski. Quel travail de précision, de patience! Que de temps, d'amour, de fierté et de passion fait preuve Sylvain! C'est la raison pour laquelle je voulais vous présenter Sylvain Proulx, un artiste, un homme engagé, fier de son travail et un grand passionné.

Texte écrit par Denise Lapointe

 

Services administratifs

SARCATrois-Lacs récitSAE