Talent Geneviève Beaulne

Aujourd'hui, les lecteurs du Caboteur vont faire connaissance avec Geneviève Beaulne, conseillère pédagogique en français et ...bailaora de flamenco!

Depuis quatre ans, Geneviève apprend l'art de cette danse andalouse, le flamenco. LGenevive Beaulnea danse a toujours fait partie de l'univers de Geneviève, que ce soit le ballet, le ballet-jazz, le hip-hop, entre autres. À la suggestion d'une collègue au Chêne-Bleu, elle s'inscrit à des cours de flamenco au Conservatoire de danse, à Montréal. L'expérience s'est avérée extraordinaire et se poursuit aujourd'hui à l'école de danse de Sarah Murphy, à Pincourt.

Geneviève aime du flamenco la sonorité, les castagnettes, le bruit des talons sur le plancher (zapateado), la féminité des robes avec les volants, les fleurs dans les cheveux. Elle aime beaucoup le son à la fois puissant et velouté du cajón, un instrument de percussion typique du flamenco. D'ailleurs, elle aimerait beaucoup apprendre à en jouer, un jour.

Le flamenco est une danse plus mature, techniquement plus difficile, à cause des nombreux éléments qui la composent. Elle est même obligatoire dans certaines grandes écoles de danse. Les pieds, les bras, les mains, la tête, tout le corps est sollicité. L'attitude de la danseuse de flamenco fait aussi partie intégrante de la performance, une attitude et un savoir-être un peu détaché, un peu snob. C'est ce qui est le plus difficile à acquérir, selon Geneviève. Toutefois, certaines danses traditionnelles sont plus festives, comme la sevillana.

Cette passion du flamenco l'a même conduite jusqu'en Espagne, où elle a visité l'Andalousie et exploré l'univers de cet art bien particulier. L'expérience fut des plus inoubliables. À plus petite échelle, Geneviève nous recommande le restaurant El Gitano, à Montréal, où des danseurs de flamenco agrémentent certaines soirées du week-end.

Services administratifs

SARCATrois-Lacs récitSAE